« Place de la Nakba »
édito de Siné In « Siné Mensuel » de septembre 2014

« On pourra dire que les gouvernements successifs d’Israël, presque tous aussi racistes les uns que les autres, auront pourri la plus grande partie de ma vie. Beaucoup plus que mon cancer et depuis beaucoup plus longtemps. Car les tueries ne datent pas d’hier! Déjà, en avril 1948, le massacre de 120 Palestiniens, hommes, femmes et enfants confondus, avait eu lieu à Deir-Yassin, sous la houlette des commandos de l’Irgoun dirigée par Menahem Begin, uniquement pour provoquer la panique et un exode dans la population. La boucherie de Sabra et Chatila, en septembre 1982, fit plus de 2000 mors. La Palestine occupée regorge depuis des décennies du sang de milliers d’innocents. Ceux qui pensent que la sauvagerie à répétition de ces gouvernants, pourtant élus démocratiquement, ne m’empêchent pas de dormir se trompent lourdement. Depuis très longtemps, plus de soixante ans déjà, je rêve de brigades internationales pour lutter contre ces barbares. Pourtant, en 1937, des dizaines de milliers d’hommes et de femmes de bonne volonté, venus de tous les pays, étaient bien allés combattre aux côtés des Républicains espagnols pour lutter contre la dictature de Franco, alors pourquoi n’irions-nous pas prêter main-forte à nos camarades palestiniens écrasés sous le joug colonial israélien? Pourquoi aucun artiste n’a peint une fresque après le carnage de Deir Yassin comme l’a fait Picasso après le bombardement de Guenrica en 1937? Pourquoi n’y a-t-il jamais eu assez d’intellectuels locaux pour signer un « manifeste pour le droit à l’insoumission » comme celui des 121, paru en France en 1960, pendant la guerre d’Algérie? Pourquoi un mouvement comme celui de Françis Jeanson d’aide au FLN algérien n’a-t-il jamais vu le jour en Israël? (…) »
Siné est signataire de l’Appel « Artists for Palestine »
PLACE DE LA NAKBA SINE